Bienvenue : S'identifier |  Créer un compte
 
 
Mon panier :  Pas d'article
HBC Nancy Sluc sur facebook HBC Nancy Sluc sur Instagram HBC Nancy Sluc sur twitter
Chercher
#RevueDePresse : Le Sluc Nancy trébuche
Imprimer le produit
Envoyer par mail




« Le Sluc Nancy trébuche »

Sluc Nancy - Handball CLUB Serris VE : 23-32

HBC Nancy Sluc : Aubry 2, Coste 8, Schiltz 1, Urien 5, Roblot 6, Sevilla 1.
Serris : Esparre 3, Diarra 4, Caillot 5, Drame 2, Favalli 5, Ouaret 2, Abdellaoui 7, Konte 2, Vallony 1.

Rapidement, les visiteuses imprégnaient leur rythme de jeu qui allait les caractériser tout le long de la partie, à l'image d'une magnifique passe à l'aveugle d'Abdellaoui (6°).

Rapides vers le but et très réalistes, les premiers points tombaient (5-9, 15°). Un début de match sur les chapeaux de roues face à des locales prises de court. Malgré tout, Coste et ses cinq réalisations redonnaient du panache à ses coéquipières qui enchaînaient les assauts offensifs (8-10, 20°). Alors qu'elles parvenaient à s'offrir de plus en plus d'occasions franches, Serris pouvait alors sortir son joker de luxe : sa gardienne Sakho, infranchissable du début à la fin (9 arrêts sur 17 tirs en première mi-temps, 7 arrêts sur 13 tirs en seconde).

De retour des vestiaires, les Parisiennes reprenaient leur même schéma de jeu avec davantage d'agressivité, particulièrement dans leur zone défensive. Les assauts adverses se durcissaient et empêchaient les Nancéiennes de convertir leurs opportunités (14-22, 39° puis 18-27, 50°). Dépassées, bousculées, les locales ne trouvaient pas les solutions et subissaient la dure loi du premier du classement (23-32).

L'Est Républicain du 07/10/2018.

#RevueDePresse : Un derby à sens unique.
Imprimer le produit
Envoyer par mail


HBC Nancy Sluc - FFR-Villers : 37-20

Nancy Sluc : Coste 10, Lanno 5, Thiesselin 2, Schiltz 6, Urien 3, Roblot 5, Aubry 3, Gonzalez 3.
FFR-Villers : Aubrat 5, Simonet 1, Mougeot 5, Klein 3, Moulin 1, Couprie 1, Cannata 2, Pierre 2.

La première journée de Nationale 2 offrait un derby sur le papier palpitant entre le SLUC et la nouvelle entente du FFR-Villers. Dans les faits, la rencontre a été faible en suspense tant les Nancéiennes ont dominé les débats face à des visiteuses beaucoup trop brouillonnes pour espérer l'emporter. Bien plus concentré en défense et efficace en attaque, le SLUC a déroulé pendant toute la rencontre sans jamais vraiment être inquiété.

Le match débutait sur un faux rythme. Les deux équipes manquaient de précision dans les passes et de mouvement dans leurs offensives. Il fallait d'ailleurs attendre cinq minutes pour voir le premier but de la partie, en faveur du FFR-Villers. Passées ces quelques minutes de réglage, le SLUC parvenait à transpercer la défense adverse à de multiples reprises et trouvait également la mire de loin. En manque d'inspiration, les joueuses du FFR-Villers n'arrivaient pas à se montrer dangereuses et forçaient bien souvent leurs attaques en tirant dans des positions trop compliquées (16-9, 30°).

A la mi-temps l'écart était déjà conséquent et ça n'allait pas s'arranger pour les visiteuses. Au contraire, elles semblaient encore plus désemparées au retour des vestiaires et enchaînaient les erreurs de transmissions. Le SLUC, parfaitement en place, profitait des errances adverses pour augmenter un peu plus son avance et s'assurer définitivement le gain du match (27-14, 45°).

Dans le dernier quart d'heure, les visiteuses parvenaient enfin à transpercer le bloc nancéien notamment par l'intermédiaire de la jeune Aubrat, par ailleurs auteure d'un très joli match sur son aile gauche. Assurées de la victoire, Coste et les siennes contrôlaient sans difficulté la fin de match pour s'offrir une victoire probante face aux voisins, de quoi faire le plein de confiance pour démarrer la saison.

22/10/2017 : Nancy SLUC - Montigny-lès-Metz : 25-29
Imprimer le produit
Envoyer par mail


Nancy SLUC : Rigolot 6, El Amrani K. 5, Thomet 4, El Amrani J. 3, Vergès 3, Ehlé 2, Mori 1, Bitton 1.
Montigny-lès-Metz : Vogt 6, Cocciale 5, Bedestroffer 4, Renaudin 3, Wallendorff 3, Esparsa 3, Hein 2, Rtel Bennani 1, Saidou 1.

La bonne dynamique du HBC Nancy Sluc a pris fin samedi soir. Alors qu'ils affichaient la meilleure défense de la division avant ce match contre Montigny, les Nancéiens ont rapidement pris l'eau dans leur salle. Rapidement mis sous pression par des Mosellans déterminés, Peureux retardait l'échéance dans sa cage, ce qui permettait à Louis Vergès de ramener les locaux à hauteur (4-4, 9°).

Mais ce ne fut qu'un feu de paille, car le SLUC ne trouvait pas la solution face à la "5-1" des Montigniens, qui trouvaient à l'inverse plus d'espaces en face. Vogt enfilait ainsi les pions (5-7, 15°, 8-10, 24°, 10-13, 28°), si bien que les visiteurs se détachaient à mi-chemin (10-14, 30°).

L'écart s'accroissait même après le repos (13-19, 42°), malgré les efforts de Rigolot pour ramener sa troupe. Saidou donnait ainsi 8 buts d'avance à ses couleurs (18-26, 54°). C'est alors à ce moment que les Nancéiens tentaient une improbable remontada, sous l'impulsion de leur coach et de Kenny El Amrani à l'aile notamment.

Ils parvenaient à revenir à -3 à un peu plus de deux minutes de la fin (23-26, 58°), mais Cocciale sonnait le glas de leurs espoirs fous en stoppant l'hémorragie pour Montigny (23-27, 59°). Le SLUC avait mis le réveil trop tard.

22/10/2017 : Le SLUC terrasse Bar au buzzer
Imprimer le produit
Envoyer par mail


Nancy SLUC - Bar-le-Duc : 24-23.
Nancy SLUC : Boudin 7, Coste 6, Mengès 4, Lanno 3, Aubry 1, Roblot 1, Cannata 1, Gérard 1.
Bar-le-Duc : Bouchon 6, Vaucaire 6, Zanga 4, Laurent 3, Fossaert 2, Henriot 1, Paccard 1.

Tout s'est joué dans les dernières secondes dans ce match entre ces deux équipes de haut de tableau qui n'avaient pas encore connu la défaite. Les deux auraient pu mordre la poussière dans la dernière minute, mais ce sont finalement les Barisiennes qui ont craqué sur un but au buzzer de Mathilde Coste sur un dernier jet franc dévié par une joueuse adverse et seulement effleuré par la malheureuse Neusch (24-23, 60°). Le tout alors que Bar avait eu l'occasion de repasser en tête sur l'action précédente, mais le tir de Bouchon, lui aussi défié par la défense nancéienne, était détourné d'un arrêt réflexe par Arthaud à 40'' de la fin.

Ce dénouement haletant se révélait finalement conforme au scénario de la rencontre, marquée par un chassé-croisé entre les deux formations. Les locales avaient réalisé une meilleure entame sous l'impulsion de Boudin et Coste, même si cette dernière avait aussi connu du déchet au début (7-4, 11°). Mais les visiteuses avaient répondu grâce au bras de Bouchon, qui inversait la situation avec trois pions consécutifs (8-9, 16°). Les Meusiennes se détachaient même sur un contre de Paccard (10-13, 27°), mais le SLUC recollait avait la pause et repassait même devant d'une courte tête déjà sur le gong par l'intermédiaire de Boudin (14-13, 30°).

L'indécision se poursuivait dans le second acte, avec des Barisiennes qui trouvaient cependant moins la solution de loin. Poussées par leurs supporters, elles reprenaient quand même les devants dans le sprint final grâce notamment à Vaucaire à l'aile ou à 7m (21-22, 55°, puis 22-23, 59°). Coste sortait alors de sa boîte au meilleur moment, en égalisant d'abord, puis en faisant exploser Martiny.

20/10/2017 : Le NANCY Sluc, le poil à gratter
Imprimer le produit
Envoyer par mail


Quelques décennies après avoir apporté sa pierre à l'édifice dans l'ascension du feu-SLUC Nancy dont il a porté les couleurs jusqu'en D2, Mickaël Rigolot et le Nancy SLUC sont de retour de retour au sein de l'élite régionale. Et pour l'instant, le promu nancéien fait très bonne figure en partageant la deuxième place du classement avec Bousse après cinq journées (3V, 1N, 1D).

"Bien évidemment, on savoure ce bon début de saison", convient l'entraîneur du SLUC. "Maintenant, il faut aussi tempérer les résultats, puisque l'on a battu trois adversaires qui évoluaient, l'an passé, tout comme nous à l'étage inférieur. Néanmoins, Bar-le-Duc est le champion en titre d'Excellence et les Meusiens nous avaient éliminés en quarts de finale des play-off. On avait aussi perdu à deux reprises contre Varangéville."

Samedi dernier, le sept universitaire a remis les pendules à l'heure en allant s'imposer de 7 buts à Varangéville (20-27). "Le match nul arraché contre la réserve de Sarrebourg (19-19) a interpellé davantage dans le landerneau du hand régional", coupe Mickaël Rigolot. "Tout le monde connaît effectivement le potentiel et les ambitions des Mosellans. Cette rencontre, on aurait même pu la remporter, si on n'avait pas tant gâché aux ailes (16 tirs ratés). Toutefois, si on m'avait proposé avant le coup d'envoi de partager les points avec Sarrebourg, j'aurais signé des deux mains sans la moindre hésitation."

Avec un collectif particulièrement jeune et inexpérimenté (seuls Di Vita et Ehlé ont déjà évolué au moins en Prénat.), Mickaël Rigolot réalise actuellement des merveilles : "J'ai essayé de prendre le meilleur des différents entraîneurs que j'ai eus au cours de ma carrière et de l'adapter à mon groupe. Celui-ci étant très réceptif, ça fonctionne bien. On s'appuie aussi énormément sur la qualité de notre défense qui est mon secteur de jeu de prédilection (NDLR : actuellement, Nancy dispose de la meilleure défense de Prénat.). Et puis, le club a donné sa chance à des jeunes de qualité. Ainsi sur les ailes les fratries El Amrani et Vergès nous apportent énormément".

A 41 ans, Mickaël Rigolot a même de nouveau le bleu de chauffe pour pallier l'indisponibilité de Thibaut Gaudel. "Pour moi c'est le meilleur pivot de la division", clame le coach nancéien. "Il sera malheureusement encore absent contre Montigny contre qui on va tenter de poursuivre sur cette dynamique. En tout cas, pour le moment on ne s'enflamme pas. La saison est encore longue."

15/10/2017 : Vaine course-poursuite pour Varangéville [Masculins]
Imprimer le produit
Envoyer par mail


VARANGÉVILLE - SLUC NANCY : 21-27
Varangéville : Caprioli 7, Pegliasco 4, Halter 3, Daux 3, Charton 3, Forest 1.
SLUC : Vergès 6, El Amrani J. 5, Bitton 3, Rigolot 3, Thomet 3, El Amrani K. 2, Ehle 2, Martin 2, Makanzu 1.

Malgré l'ambiance, les supporters et les tambours, les locaux auront passé leur match à deux ou trois longueurs du SLUC, hormis durant quelques minutes en milieu de première période. Les visiteurs ont ensuite pris le large dans le dernier quart d'heure.

D'entrée de jeu, le SLUC prenait les devants (1-3, 10°). Les locaux ont ensuite couru après le score (2-5, 15°) et, grâce à un arrêt de Rokita puis un but de Caprioli, Varan restait en embuscade (3-5).

En trois minutes, les locaux ont refait leur retard (de 4-6 à 7-7, 23°), grâce à un but de Charton. Mais cette remontée n'a pas duré longtemps. Trois minutes plus tard, le SLUC avait déjà creusé un nouvel écart, suite à un contre de Martin et un but de Kenny El Amrani. A la pause, l'écart était de nouveau de trois buts (9-12) et tout était à refaire pour les locaux.

Les Varangévillois n'ont pas su profiter de la double exclusion des Nancéiens Rigolot et Ehlé à la 37° : ils durent se contenter d'un petit 2-1 sur la période, portant le score à 13-16 à la 39°. Dans le dernier quart d'heure, le SLUC a petit à petit accru son avance, pour la porter à sept buts (de 14-18 à 15-22, 50°). Varangéville n'abdiquait pas et revenait à 21-25. Mais Marchand manquait l'occasion de ramener les siens à -3, et le SLUC profitait de l'exclusion temporaire de Pegliasco et du penalty de Vergès pour boucler l'affaire.

07/10/2017 : Le SLUC stoppe le leader [Masculins]
Imprimer le produit
Envoyer par mail


SLUC Nancy - Sarrebourg (2) : 19-19
SLUC Nancy : Ehle 5, L. Verges 3, Martin 3, J. El Amrani 2, K. El Amrani 2, M. Verges 1, Makanzu 1, Rigolot 1, Bitton 1.
SARREBOURG (2) : Paquiom 6, Gruy 4, Dach 3, Hunsinger 3, Duchateau 2, Arnould 1.

Ehlé montrait la voie, en position de pivot (2°) puis en extension (4°) et le SLUC prenait trois buts d'avance (4-1, 6°). Avant que les visiteurs ne refassent progressivement leur retard. Duchateau faisait valoir sa taille et marquait de loin (7°), imité à deux reprises par Dach (8° et 11°). Gruy, en débordement sur l'aile gauche, remettait les deux équipes à égalité (6-6, 13°).

Le SLUC avait mangé son pain blanc et ne reprendrait plus jamais le score jusqu'à la fin de la partie. Gruy, de nouveau, donnait de l'air à ses coéquipiers (6-8, 16°). Un temps mort bienvenu pour les locaux, après avoir pris un 6-2 en 9 minutes, mettait un terme à l'hémorragie. Martin trouvait la cible sur une pénétration rageuse (8-9, 22°) avant que Maxime Vergès n'égalise sur l'aile (9-9, 24°). Les visiteurs mettaient le turbo au début du second terme. Paquiom et Duchateau trouvaient l'ouverture de loin et faisaient le break (10-13, 34°). Tout était à refaire. D'autant que Dzelebdzic, dans les cages, faisait barrage aux locaux (5° et 6°).

Le SLUC touchait deux fois les poteaux avant de se refaire une santé. Louis Vergès en contre-attaque, puis sur l'aile, ramenait les Nancéiens à hauteur (14-14, 45°). Mais les visiteurs reprenaient aussitôt le score et Dach, de loin, refaisait le trou (15-18, 51°). Un nouveau temps mort remettait les locaux dans le match. Kenny El Amrani trouvait l'ouverture en position de pivot (52°), puis sur l'aile gauche (54°), avant que Martin n'arrache le nul (19-19, 58°).

07/10/2017 : Le SLUC accroche le nul
Imprimer le produit
Envoyer par mail


MALAKOFF - SLUC NANCY : 24-24.
MALAKOFF : Guillet 5, Gaignier 54, Desbiolles 4, Rivière 4, Lazzari 3, Scheid 2, Meradi 1, Laboulandine 1.
SLUC NANCY : Mengès 8, Boudin 6, Roblot 5, Gérard 2, Coste 2, Balland 1.

Le duel entre deux des trois équipes invaincues de cette poule a tenu toutes ses promesses. Si les Franciliennes ont été devant pratiquement tout le temps, les Lorraines de Frédéric Aubry ont tout de même réussi à obtenir un nul, malgré une double infériorité numérique dans les cinq dernières minutes.

La première mi-temps a été à l'avantage des locales emmenées par Scheid. Malheureusement pour son équipe, la demi-centre qui donnait parfaitement le tempo, a dû sortir sur blessure après vingt minutes de jeu. Touchée au genou elle n'est plus revenue. Malgré cela, Malakoff a dominé la première période (12-9, 30°). Les visiteuses pouvaient remercier Arthaud, leur gardienne.

Finalement, distancées, elles ne l'ont pas été non plus dans le deuxième acte. Plus en réussite en attaque à l'image du trio Mengès-Boudin-Roblot, le SLUC est parvenu à recoller et l'issue est restée indécise jusqu'à la fin. Les deux équipes n'ont pas réussi à se départager et Malakoff pourra seulement regretter de ne pas avoir bien géré une double supériorité numérique.

05/10/2017 : Le SLUC au révélateur
Imprimer le produit
Envoyer par mail


Force est de constater que le Nancy SLUC n'a pas raté son départ. Après deux journées, la troupe de Frédéric Aubry pointe à la tête de la meute avec 6 points au compteur et (déjà) la meilleure défense de la division.

"Tous les feux sont effectivement au vert", confirme le coach universitaire dont les protégées viennent de passer 11 pions au H2BPAM (30-19). "L'an passé, les Bellédoniennes nous avaient mis en déroute mais elles ne sont pour l'instant pas aussi tranchantes que lors du précédent exercice. Mon équipe est aussi un peu plus équilibrée. Les arrivées de Laury Cannata et Louise Lanno, les anciennes pagnotines, y contribuent largement. On parvient aussi désormais à se montrer dangereux sur tous les postes."

Dans un championnat qui verra les huit premiers accéder en N2 (pour 4 relégations à l'échelon régional), le Nancy SLUC n'a, sauf tremblement de terre, pas grand chose à craindre. "Effectivement, sans être prétentieux, je ne vois pas comment on pourrait être évincé du top 8", concède Frédéric Aubry.

"Pas maîtres de notre destin"

"Notre objectif est de faire mieux que l'an passé (3ème) en remportant plus de 15 matchs. Dans la course aux phases finales nationales, on n'est pas maîtres de notre destin, puisque seul le meilleur des 8 poules de N3 défiera le champion ultra-marin."

Dans la quête d'une des deux premières places du classement, les équipières de Justine Mengès vont passer un test sérieux sur le parquet de Malakoff, une des quatre équipes invaincues de la poule.

"C'est le ou l'un des plus gros matchs de la saison", certifie le coach du SLUC. "Malakoff s'est renforcé avec deux filles de N1 et les Franciliennes ont passé 11 buts à Cergy (36-27), un des postulants au podium. C'est une équipe particulièrement athlétique et qui dispose de nombreux atouts offensifs".

Les Malakoffiotes ont fait tremblé à l'issue des deux premières journées à 68 reprises les filets adverses. Pour marquer les esprits, la bande à Frédéric Aubry espèrent donc, comme l'an passé, s'imposer en terre altoséquannaise et ainsi réaliser la passe de trois.

30/09/2017 : Si près mais si loin
Imprimer le produit
Envoyer par mail


SLUC Nancy (N3) - Montigny-lès-Metz (N2) : 25-31.
SLUC Nancy : Coste 9, Boudin 5, Mengès 5, Gérard 3, Cannata 1, Aubry 1, Schiltz 1.
Montigny-lès-Metz : Cocciale 7, Scheid 5, Louyat 4, Stimpoulkowski 4, Ballureau 3, Leick 3, Bousmia 2, Saidou 2, Benatti 1.

Des regrets pour le SLUC qui aura rivalisé 55 minutes avec son adversaire, d'une division supérieure, avant de craquer dans les derniers instants.

Dès l'entame les Messines donnaient le ton, infligeant un 5-0 à leurs adversaires. Le SLUC commettait plusieurs erreurs dans les transmissions et manquait d'efficacité face au but. Après ce démarrage compliqué, les locales rentraient véritablement dans leur match et mettaient bien plus d'agressivité en défense. Sur ses offensives, Nancy privilégiait surtout les tir de loins notamment par l'intermédiaire de Mengès et Boudin, très à l'aise dans cet exercice (6-10, 15°). Dans un deuxième quart d'heure très équilibré, le SLUC refaisait peu à peu son retard en s'appuyant notamment sur une défense solide (14-16, 30°). Toujours au contact, Nancy démarrait parfaitement la seconde mi-temps et recollait tout de suite au score. Coste enchaînaient les missiles lointains imparables pendant que la gardienne nancéienne, Arthaud, sortait plusieurs parades de haut niveau.

Néanmoins, les visiteuses ne paniquaient pas et parvenaient toujours à se montrer dangereuses en attaque (22-22, 45°). Le SLUC était sur une très bonne dynamique avant de perdre Cannata sur une exclusion directe assez sévère. Désorganisées sans leur meneuse, les Nancéiennes ne trouvaient plus la faille en attaque et tentaient du coup des tirs forcés sans trop de réussite. A l'inverse, les Messines, très sereines, profitaient des imprécisions adverses pour partir en contre et creuser l'écart. Dommage.

23/09/2017 : Le SLUC Nancy sans difficulté
Imprimer le produit
Envoyer par mail


SLUC NANCY - BLENOD ET PONT-A-MOUSSON : 30-19.
Nancy SLUC : Boudin 8, Menges 5, Coste 5, Lanno 3, Cannata 2, Roblot 2, Schiltz 1, Aubry 2, Gérard 1.
H2BPAM : Bourada 5, Willeme 4, Schneider 3, Weber 2, Kerroum 2, Aubrat 1, Thiery 1, Scherrer 1.

Le SLUC continue sur sa lancée en championnat et enchaîne sur une deuxième et large victoire. Totalement supérieures à leurs adversaires, les Nancéiennes n'ont jamais été inquiétées par des Mussipontaines parfois amorphes. Le score aurait même pu être plus sévère si leur gardienne, Jacob, n'avait pas sorti le grand jeu en multipliant les arrêts.

Dès l'entame, le SLUC prenait le match en main grâce à une défense bien solide ce qui lui permettait de récupérer de nombreuses possessions. En face, les visiteuses étaient en grandes difficultés dans tous les secteurs. En défense, elles laissaient beaucoup trop d'espace aux Nancéiennes qui en profitaient parfaitement. En attaque, elles ne mettaient pas assez de rythme et ne parvenaient pas à bousculer le bloc adverse. Pour ne rien arranger, les Mussipontaines n'étaient en plus pas en grande réussite face au but et manquaient de nombreux tirs. A l'inverse, le SLUC était plutôt efficace face au but et creusait l'écart dans le deuxième quart d'heure en infligeant un 9-0 à son adversaire (15-4, 30°).

Au retour des vestiaires, les visiteuses réussissaient enfin à trouver des solutions offensives et notamment de loin par l'intermédiaire de Bourada qui enchaînait plusieurs frappes puissantes. Cependant, Coste et Boudin très efficaces face au but, lui répondaient rapidement.

Malgré une embellie évidente en seconde période, les Mussipontaines n'arrivaient pas à réduire suffisamment le score pour pouvoir espérer l'emporter. Le SLUC, toujours aussi appliqué en défense, gérait sereinement les dix dernières minutes qui étaient moins rythmées. Au final, une victoire sans appel pour des Nancéiennes largement dominatrices et bien plus impliquées dans l'effort.

17/09/2017 : Le SLUC lance sa saison
Imprimer le produit
Envoyer par mail


SUCY-EN-BRIE - SLUC NANCY : 19-27
Sucy : Mauler 5, Arnaud 4, Boudriga 4 (dont 1 pénalty), Henane 3, Billard 3.
Nancy : Coste 10 (dont 4 pénalties), Menges 5, Gérard 5, Boudin 4, Roblot 3.

Supérieures tout simplement. A Sucy-en-Brie pour l'entame du championnat, les Nancéiennes sont entrées parfaitement dans leur match. Elles parvenaient à servir par deux fois leur pivot Gérard qui trompait Journet coup sur coup, puis Menges inscrivait trois buts de suite pour donner un avantage de +4 aux siennes (4-7,11°). Coste prenait ensuite le relais au scoring avec 4 réalisations consécutives pour donner 5 longueurs d'avance à son équipe après 20 minutes de jeu (7-12). Sucy changeait de gardienne avec l'entrée de Sako qui se montrait plus efficace que Journet. Les locales grâce à deux réalisations de Mauler et un penalty de Boudriga, revenaient à 3 buts (9-12, 27°) mais Coste sur un coup franc redonnait un avantage de 4 buts au SLUC à la pause (9-13).

Le scénario était similaire en seconde période. Les Lorraines, malgré les tentatives de retour des Franciliennes, parvenaient toujours à rester devant. Sur un tir de loin de Boudriga, Sucy réussissait à revenir à deux longueurs (13-15, 40°). Mais les Parisiennes n'allaient jamais faire totalement leur retard, la faute non seulement à une très bonne Géraldine Arthaud, mais aussi à une attaque en réussite à l'image de Coste auteure de 10 buts. Finalement, après avoir laissé passer l'orage, les Nancéiennes déroulaient (19-27).

10/09/2017 : Le SLUC se qualifie avec sérieux
Imprimer le produit
Envoyer par mail


SLUC Nancy (N3) - Flavigny-Fléville-Richardménil (N3) : 28-19.
SLUC Nancy : Coste 12, Lanno 4, Roblot 4, Gérard 3, Balland 3, Aubry 1, Menges 1.
FFR : Vozelle 9, Remeter 3, Jeandel 3, Grajon 2, Bahri 1.

Ca passe pour le SLUC qui s'est imposé assez largement face au FFR et obtient donc son ticket pour le tour suivant de la coupe de France. Privées de six joueuses, les visiteuses n'ont pas démérité mais cela n'a pas suffi à inquiéter véritablement les Nancéiennes. Dès l'entame les locales prenaient les devant profitant des espaces laissés par la défense adverse.

Les Flavinéennes avaient des difficultés à trouver des intervalles en attaque et manquaient de précision dans leurs transmissions. Pour tenter de débloquer la situation, le coach du FFR demandait parfois à sa gardienne de monter pour être en supériorité numérique. Stratégie qui marcha à plusieurs reprises mais qui offrit parfois des buts faciles au SLUC. Les visiteuses qui résistaient jusque-là, craquaient dans les cinq dernières minutes sous les assauts de Coste (17-9, 30°). Scénario plutôt similaire au retour des vestiaires où Nancy continuait sa domination et restait efficace devant le but. Néanmoins, les locales commettaient par la suite beaucoup plus d'erreurs et étaient moins agressives en défense. Bien emmené par Vozelle, auteure d'un match remarquable, le FFR parvenait à trouver des espaces et revenait à deux petites longueurs de son adversaire (21-19, 50°). On croyait alors à une folle remontée des Flavinéennes mais c'était sans compter la révolte du SLUC.

Suite à un temps mort très bénéfique, les locales retrouvaient de la fluidité dans leur jeu et de la solidité en défense. Lanno, sur son côté gauche, se jouait à plusieurs reprises de ses vis-à-vis et inscrivait quatre buts d'affilée. Nancy terminait très fort infligeant même un 7-0 à des visiteuses qui semblaient fatiguées sur la fin. Un premier match idéal donc pour le SLUC qui engrange un maximum de confiance pour débuter le championnat le week-end prochain.

01/09/2017 : Cap sur la N2 pour le SLUC
Imprimer le produit
Envoyer par mail



LES MOUVEMENTS :

Arrivées : L. Cannata (Pagny, -18 ans) ; L. Lanno (Pagny, -18 ans) ; A. Rangayen (La Réunion, -18 ans).
Départs : E. Roehrig (Autriche, études) ; A. Urien (Corée du Sud, études) ; L. Charrette (arrêt, ?).
Première journée : Sucy - Nancy SLUC.


La FFHB vient seulement de dévoiler à quelle sauce seront mangés, cette année, les clubs de Nationale 3 féminine. Avec la prochaine refonte des championnats et la disparition et la N3, les instances fédérales ont pris la décision de qualifier les huit premiers pour la future N2. Les quatre derniers de chaque poule seront remis à disposition de leur ligue respective. En ce qui concerne la ligue régionale du Grand Est, la réflexion se poursuit pour savoir si on crée une "N3" régionale ou si on demeure sur le schéma actuel avec la Prénationale comme plus haut niveau régional. "Si on est dès le début du championnat dans le bon wagon, il ne devrait rapidement plus y avoir beaucoup de suspense et de challenge", regrette Frédéric Aubry, le coach du Nancy SLUC qui est reparti sur un projet de trois ans après avoir songé à quitter la structure universitaire.

"C'est l'année ou jamais pour monter". En tout cas, on ne voit pas trop comment Nancy pourrait rater la marche pour l'étage supérieur d'autant qu'après avoir fini au pied du podium au terme de l'exercice 2015-2016, elles ont arraché, l'an passé, la médaille de bronze.
Déjà conséquente, la marge de manœuvre des partenaires d'Emilie Roblot pourrait même être plus conséquente puisque Montargis, qui n'a pas souhaité repartir en N1, a toutes les chances d'être privé d'accession."C'est une année de transition qui est sportivement forcément moins motivante en raison de ce règlement", constate Frédéric Aubry.

Défense et vitesse de jeu


"Attention, je ne veux pas faire preuve de suffisance, mais force est de constater qu'on progresse dans le classement depuis trois ans. J'ai aussi peur que la compétition devienne tronquée si d'aventure des équipes n'avaient plus rien à espérer. Bien évidemment, on va essayer d'aller chercher la première place. Mais pour participer aux finalités nationales, il faut être le premier des huit poules de N3. Ce qui n'est pas une mince affaire ! Maintenant, on va aussi tenter de remporter le mini-championnat lorrain face au H2BPAM, au FFR, à Deux Vallées et à l'ASPTT Bar-le-Duc". Pour remplir ces objectifs, le Nancy SLUC compte de nouveau s'appuyer sur sa défense de fer et sa vitesse de jeu. "Cette saison va aussi nous permettre d'aguerrir nos trois recrues qui évoluaient l'an passé dans les championnats -18 ans", conclut le coach nancéien.

#RevueDePresse : Un derby à sens unique.
Imprimer le produit
Envoyer par mail


HBC Nancy Sluc - Handball Club Flavigny Fleville Richardménil - HBC FFR-Villers Hb Club : 37-20

Nancy Sluc : Coste 10, Lanno 5,
#RevueDePresse : Un derby à sens unique.
Imprimer le produit
Envoyer par mail


HBC Nancy Sluc - FFR-Villers : 37-20

Nancy Sluc : Coste 10, Lanno 5, Thiesselin 2, Schiltz 6, Urien 3, Roblot 5, Aubry 3, Gonzalez 3.
FFR-Villers : Aubrat 5, Simonet 1, Mougeot 5, Klein 3, Moulin 1, Couprie 1, Cannata 2, Pierre 2.

La première journée de Nationale 2 offrait un derby sur le papier palpitant entre le SLUC et la nouvelle entente du FFR-Villers. Dans les faits, la rencontre a été faible en suspense tant les Nancéiennes ont dominé les débats face à des visiteuses beaucoup trop brouillonnes pour espérer l'emporter. Bien plus concentré en défense et efficace en attaque, le SLUC a déroulé pendant toute la rencontre sans jamais vraiment être inquiété.

Le match débutait sur un faux rythme. Les deux équipes manquaient de précision dans les passes et de mouvement dans leurs offensives. Il fallait d'ailleurs attendre cinq minutes pour voir le premier but de la partie, en faveur du FFR-Villers. Passées ces quelques minutes de réglage, le SLUC parvenait à transpercer la défense adverse à de multiples reprises et trouvait également la mire de loin. En manque d'inspiration, les joueuses du FFR-Villers n'arrivaient pas à se montrer dangereuses et forçaient bien souvent leurs attaques en tirant dans des positions trop compliquées (16-9, 30°).

A la mi-temps l'écart était déjà conséquent et ça n'allait pas s'arranger pour les visiteuses. Au contraire, elles semblaient encore plus désemparées au retour des vestiaires et enchaînaient les erreurs de transmissions. Le SLUC, parfaitement en place, profitait des errances adverses pour augmenter un peu plus son avance et s'assurer définitivement le gain du match (27-14, 45°).

Dans le dernier quart d'heure, les visiteuses parvenaient enfin à transpercer le bloc nancéien notamment par l'intermédiaire de la jeune Aubrat, par ailleurs auteure d'un très joli match sur son aile gauche. Assurées de la victoire, Coste et les siennes contrôlaient sans difficulté la fin de match pour s'offrir une victoire probante face aux voisins, de quoi faire le plein de confiance pour démarrer la saison.

#RevueDePresse : Les Nancéiennes se sont essoufflées
Imprimer le produit
Envoyer par mail

Photo d'archive : Maxime SCHLERET

« Les Nancéiennes se sont essoufflées »

#RevueDePresse : Neuves-Maisons un cran au dessus
Imprimer le produit
Envoyer par mail


« Neuves-Maisons un cran au-dessus »

Max Lecomte et les Nancéiens n'ont pas su se hisser au niveau de leurs hôtes.
Une mi-temps, c'est le temps qu'il aura fallu aux Néodomiens pour prendre la mesure de l'équipe du SLUC. Malgré une certaine solidité en début de match (3-3, 10', 6-7, 20') et des arrêts de Creuzel qui leur ont permis de rester à flot, les Nancéiens ont cédé sous les coups de boutoir de Valentin Noël et Quentin Gérôme. Les 4 buts d'écart à la mi-temps (8-12, 30') ne laissaient déjà plus beaucoup de place au suspens. En seconde période, Neuneu continua à dérouler son jeu tandis que Nancy galérait pour rester dans la partie (9-14, 35'). Le kung fu initié par Rodriguez et conclu en beauté par Gérôme à un quart d'heure du terme (12-16, '45') symbolise à lui seul la supériorité des Néodomiens sur leurs adversaires du soir. Le dernier quart d'heure ne permit pas aux Nancéiens de recoller au score, bien au contraire, Neuves-Maisons ne se déconcentra pas et aggrava un peu plus la marque (17-24, 60').

Crédit photo : Maxime SCHLERET

L'Est Républicain du 14/10/2018.

aeline informatique conseil général 54 decor jardin grand nancy ville nancy serviclub